"Bonjour,
L'équipe EDF Bleu Ciel vous invite à créer votre maison virtuelle sur le site ma maison Bleu Ciel d'EDF ! Vous aussi, faites partie de nos clients les plus avant-gardistes!"
Après l'hésitation nécessaire face aux notions d'avant-garde éclairée, on clique et, hop!, nous voici dans la Second life made in Electricité de France.

13h19, je crée ma maison. Victoire.
J’ai opté pour un décor vide, que je meuble moi-même. Un canapé blanc (EDF me dit « japonais », yesss, moi aussi, je veux vivre à genoux comme dans un film d’Ozu), un, deux puis trois fauteuils japonais. Je les dispose. Zut, j’ai un fauteuil de trop. Comme je ne sais pas comment le supprimer (où est la fonctionnalité e-bay ?), je le case à côté de la fenêtre. Ca fera un coin lecture au cas où l'on m’envoie une Lettre aux actionnaires. Je pose une table-basse ici, un « coffre américain » là (avec mes fauteuils, ça crée une ambiance Buck Danny du tonnerre ), j’ajoute un cycas. Zut, il est trop grand, qu’en faire ? Il est 13h22, je reçois un mail d’EDF «Bonjour, Nous avons le plaisir de confirmer la création de votre maison Bleu Ciel. Rendez-vous dès maintenant sur le site Internet ma maison Bleu Ciel d'EDF pour aménager et décorer votre maison selon vos envies!»

Merci, mais mon envie, c'est de me débarrasser de ce cycas et je n'y arrive pas. Bon, on verra plus tard, j’en clique un autre, plus petit. Premier constat : il est facile d’ajouter, pas vraiment de retrancher. Vous me direz, c’est pareil dans la vraie vie, on accumule toujours trop. C’est pas faux.

Ajouter des appareils électriques, oui mais, à part les télés, je ne vois rien. Déception, c’est pourtant l’heure d’écouter un bon vieux rock pour se détendre. Je résiste à la tentation de cliquer sur « services EDF », chaque plaisir en son temps, j’opte pour l’onglet déco et, hop !, je colle un tatami. Je réfrène l’envie de peindre mes murs aux couleurs de GDF Suez et reviens vers les « services EDF ». Un compteur dans un coin, une « étagère EDF », un « cadre bleu ciel » , me voici paré comme un agent des IEG frais émoulu de West-Point.

En gris très très clair sur fond blanc , je crois discerner que mon confort est passé à 27%. Mon bilan carbone est toujours égal à zéro. Pourtant, j’ai pas lésiné sur les achats. Si ça se trouve, j’ai acheté des fauteuils japonais hydrauliques et mes cycas sont d’origine nucléaire.



Allez, je change de pièce. Mon salon pivote et me voici dans la cuisine. Pas très avenante avec son dallage gris. Heureusement, EDF est là : « actuellement, votre cuisine est vide. Souhaitez-vous la meubler d’après l’une de nos « cuisines témoins » ? Comment dire non quand la vie est aussi simple qu'un coup de fil ?
J’obéis, me voici dans une cuisine flambant neuve. Du coût mon confort est passé à 52%, mon bilan carbone flambe à 159 kg par an (ce doit être la cuisine japonaise) et ma consommation d’énergie s’établit à 2.130 kWh par an. Plus d’économies, me suggère-t-on ? En cliquant sur ma jauge consommation, je découvre, damnation, que je me suis laissé imposer une batterie de cuisine invraisemblable (que vais-je faire de tout ça ? J’ai même pas pensé à regarder les étiquettes énergie… Ouh la la, pourvu que Chantal Jouanno ne me voie pas…). Là encore, impossible de supprimer quoi que ce soit.
Je « replie » l’écran, j’ajoute quelques blocs évier et je change d’atmosphère. Direction la chambre.

Je choisis d’emblée la « chambre zen », faut bien ça, meubler soi-même, c’est épuisant, laissons ça aux professionnels. J’ajoute un futon puis un « lit british » (indeed). Je découvre qu’on peut les superposer. Et les multiplier. Trop biiiiiiieeeeeeeeeeen ! En quelques clics, je dispose d’une bonne vingtaine de lits (c’est l’effet Second life, on croit que tout est possible). Du coup, mon confort est passé à 249% Pas mal, Charles. J’ajoute aussi une dizaine de convecteurs et panneaux rayonnants qui s’alignent impeccablement sur le mur.
Bien sûr, je n’oublie pas d’ajouter l’ « étagère EDF » et le « cadre bleu ciel », c’est tout de suite plus sympa. Je change de pièce.

Dans le garage, pêle-mêle une pompe à chaleur (qu’en pense ERDF ?), une tondeuse à gazon, mon étagère et mon cadre. Je « replie » et je file.

Pas d’hésitation dans ma salle de bains « royale » : douche balnéo (+5% de confort), quelques sèche-serviettes (j’adore ces trucs-là, c’est vraiment trop kiffant, je crois qu’on n’en a jamais assez, moi j’en mettrais dans chaque pièce, c’est comme les et les ).

Voilà, ma maison est à peu près opérationnelle. Mais, sapristi, je suis tout seul là-dedans. Comment inviter des filles ? Il me reste à aller causer sur le forum.
J’essaye en vain : « Informations : l’enregistrement est temporairement désactivé ».
Tant pis, je surfe anonymement.
J’y apprends que « la jauge Energie ne bouge pas lorsque j'ajoute un chauffage » car elle « ne prend en compte que la carte d'identité générale de (ma) maison (surface, mode de chauffage, isolation, nombre d'habitants, date de construction, lieu) ». Pour avoir « une indication plus réaliste » il me faut changer la carte d'identité de ma maison.
Il y a aussi un bug-tracker, sorte de service d’entraide entre poseurs d’étagères .

Un rapide coup d’œil sur le blog.
Quel animal souhaiteriez-vous adopter dans votre maison virtuelle ?
• un poisson
• un canari
• un perroquet
• un hamster
• un rat
• un serpent
• un furet (tiens!)
• une mangouste
• une tortue

J’opte pour la tortue. Ca fera bien sur mon étagère.
Parmi les billets, en voici un qui retient mon attention: quel est le coût de ma télévision? A supposer que j'aie un écran plasma de 107 cm et que je regarde ce qu'il est de plus en plus difficile d'appeler la petite lucarne trois heures par jour, cela me coûterait 44,55 euros par an ! Soit 0,122 euro au quotidien. Un rapide calcul me montre qu'en ayant cessé d'écouter le journal de TF1 de Madame Ferrari, les Français économisent ainsi 4,78 euros par an. Je remercie TF1 pour sa contribution à la conférence de Poznan et je ferme provisoirement ma maison.


Visite terminée. Parcours amusant, graphisme attrayant. Il reste à pouvoir discuter avec d'autres électro-intensifs virtuels.


Cliquez ici pour aller jouer à la maison bleu ciel.



Note à l’attention d’EDF : sur le blog, les billets sont datés de… 2007.