Données des villes, données des champs
23/09/2015 | Administrateur Energie 2007
La FNCCR organise un colloque consacré au "big data territorial", avec de l'open data dedans, le 16 décembre 2015 à Paris (Cité universitaire). Programme et bulletin ...
0 Réaction(s) › Lire

 
Le parasitage du jour
› Participez
[Linky]Dossier dans Canard PC Hardware
› Participez
Les tarifs d'achat c'est bien fini!
› Participez
Anne Lauvergeon nommée présidente de boostHeat
› Participez
"Economie d'Energie" et l'international
› Participez

Retour 

Effacement: Voltalis conteste la décision de la CRE
Economies d'énergie | 2009-07-18 10:57:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Faut-il taxer les économies d'énergie? La crainte de Pierre Bivas, président de Voltalis (cf. notre actu du 8 juillet), se confirme. La décision de la Commission de régulation de l'énergie (CRE) a donc validé la "valorisation économique de l’énergie effacée" dans un sens favorable aux fournisseurs, à commencer par le principal d'entre eux, EDF. Publiée hier sur le site de la CRE, cette décision indique que "comme précisé en annexe à la présente délibération, la loi du 10 février 2000 impose, dans le cadre du mécanisme d’ajustement, que l’opérateur d’effacements diffus rémunère les fournisseurs dont les clients se sont effacés pour l’énergie injectée par ces fournisseurs et valorisée par l’opérateur d’effacements diffus.
La CRE demande aux acteurs de poursuivre leurs discussions sur le niveau et les modalités de cette rémunération ainsi que sur les modalités d’intégration des effacements diffus dans le mécanisme d’ajustement. La CRE veillera à ce que ces modalités n’entravent pas indûment le développement des effacements diffus"
.
Pour Pierre Bivas, c'est clair: selon cette décision, Voltalis devra indemniser les fournisseurs d'électricité, à proportion des économies d'énergie réalisées par les clients qui utilisent son boîtier. En clair, rembourser l'électricité non injectée sur le réseau. Selon Pierre Bivas, cette "taxe sur les économies d'énergie" pourrait représenter 70 à 80% de ses recettes. "Autant dire une ponction qui pourrait se révéler fatale pour l’entreprise, indique Le Parisien dans son édition du 8 juillet. Les autres fournisseurs d’énergie (Poweo, Direct Energie…) se sont joints à EDF tout en réclamant une taxe d’un montant bien inférieur". Pierre Bivas relativise cette interprétation: "Voltalis n'est pas menacée, mais pour l'instant notre boîtier et notre service sont gratuits: si EDF nous prend les trois quarts de notre revenu qui permet de financer les boîtiers, faudra-t-il que l'on répercute ça sur les adhérents ... en les faisant payer pour l'économie d'énergie qu'ils réalisent et qu'EDF nous impute? ce serait absurde!"
Dans un communiqué en date du 18 juillet, Voltalis s'indigne que la CRE ait ainsi instauré "une «taxe» au profit d’EDF en vue de compenser pour EDF les économies d’énergie réalisées par ses clients, tant ménages qu’entreprises (estimant, en se référant aux périodes de pointe, que de telles) économies permettent de pallier la défaillance des fournisseurs qui n’ont pas injecté une puissance suffisante et menaçaient ainsi, en l’absence d’ajustement, la France entière d’un black out". Pour Voltalis, la CRE "s’aligne sur l’intérêt des fournisseurs, au détriment des consommateurs, donc au mépris de (sa) mission". Le Parisien pointe d'ailleurs cette "décision d’autant plus surprenante que le 18 juin, la Ferc, l’équivalent américain de la CRE, encourageait au développement d’un système analogue qui permettrait d’économiser 20 % de l’énergie électrique consommée aux heures de pointe".
Voltalis n'exclut pas une action en justice et "se réserve la possibilité de recourir à toutes les voies de droit pour faire rétablir la prééminence des consommateurs sur l’intérêt des fournisseurs, et au delà de l’intérêt général comme de la protection de notre planète, tous menacés par cette décision".

 
37  Réaction(s)
Imprimer Envoyer à un ami 

Je suis effaré ... Avec EDF, la seule obligation serait-elle de consommer, de consommer, de consommer, de consommer .... et encore, et encore ? EDIFIANT ! ! !
2009-07-18 17:12:38 | Vostoc
Le ministère a mis en place un groupe de travail, paraît-il... Reste à savoir qui sera dans ce groupe de travail!!!!
2009-07-21 10:48:12 | De Kler
Il vaudrait mieux payer pour économiser que payer pour consommer plus, ca semble logique!!!
2009-07-24 13:53:40 | Cezas
Je découvre ce service lors de la communication de la décision de la CRE. Je trouve absolument génial! J'en appelle à tous les écologistes dont je fais partie pour prendre faits et cause pour VOLTALIS. D'un côté le Grenelle de l'environnement cherche des moyens de réduire les émissions de CO2 et quand une solution est sur le terrain on la taxe!! Même si je suis bien conscient que la sté Voltalis n'est pas désintéressé dans l'affaire, il faut privilégier l'intéret commun.
2009-12-02 19:07:30 | ftreud
EDF veut tout. EDF veut vous vendre son électricité nucléaire. Poser des éoliennes et des panneaux solaires. Vous vendre des assurances, des services à domicile. EDFemprunte votre argent. Vous avez de l'EDF dans votre compte en banque. EDF veut augmenter de 20% ses tarifs. ET MAINTENANT EDF VEUT VOUS FAIRE PAYER L'ELECTRICITE QUE VOUS NE LUI CONSOMMEZ PAS !!! On croit rêver. EDF VEUT TOUT EST PARTOUT. La world company est française.
2009-12-02 19:07:30 | JEFF
Personne pour s'interroger sur les motivations de la CRE? Pourquoi valider une telle abberration économique et écologique?
2009-12-02 19:07:30 | electro
C'est lamentable. Je ne connaissais pas cette société mais je vais les contacter. EDF leur fait un sacré coup de pub sans s'enn rendre compte. Dire qu'EDF prétend partout faire des économies d'énergie...
2009-12-02 19:07:30 | Favrile
Faut les comprendre lol: s'ils peuvent pas augmenter les tarifs de 20% pour payer l'emprunt faut bien trouver l'argent quelque part ça en dit long lol
2009-12-02 19:07:30 | DurDur
Avant de critiquer, il serait intéressant de lire très précisèment le compte rendu de la CRE et surtout le fonctionnement des effacements diffus : http://www.energie2007.fr/images/upload/090709effacementsdiffus.pdf Il y a forcèment du travail à faire en commun car c'est EDF qui supporte les ajustements.
2009-12-02 19:07:30 | cacha
@cacha vous avez peut être raison mais c'est absurde. On ne peut pas pousser aux économies d'énergie et les taxer parce que ça pose un petit problème à EDF qui n'arrive pas à placer sa production et construit on se demande pourquoi de nouveaux EPR
2009-12-02 19:07:30 | Favrile
un jour une petite loi contribue à la destruction de la planète: personne ne dit rien...alors le lendemain, une petite loi augmente le champ d'action de la première loi: personne ne dit rien... alors... le surlendemain, une petite loi renforce les deux premières loi et personne ne dit rien puis un jour personne ne dit rien alors qu'il n'y avait plus de loi: normal! tout le monde est mort! je rigole: c'est que les moutons qui sont morts! les humains eux, ils se lèvent et parlent... de plus en plus fort! c'est vrai! la preuve: je suis humain!!
2009-12-02 19:07:30 | regine
Ce sympathique M. Bivas montre (enfin) publiquement son vrai visage...Le soutien du château n'aura pas suffi...
2009-12-02 19:07:30 | Jason
@cacha : oui, le compte rendu de la CRE précise bien que c'est à la RTE (qui appartient à EDF) de payer l'effacements diffus (Voltalis) qui va alors payer EDF. Reste plus qu'à savoir si EDF (via la RTE) va jouer le jeu jusqu'au bout et payer Voltaris. Mais à mon avis, leur but est seulement d'évincer la concurrence du marché, tant pis pour notre planète, pourvu que ça rapporte.
2009-12-02 19:07:30 | Takeo
il faut créer un groupe sur Facebook pour faire connaître cette affaire et faire parler de l'offre d'effacement ; si personne ne le fait, je m'en occupe ;-)
2009-12-02 19:07:30 | jeff
merci jeff de vouloir creer un groupe sur facebook j'en serais si je suis au courant pour l'instant que 12 réactions! normal l'info le 18 juillet! les gens sont sur la plage!!! Europe ecologie ils font quoi?
2009-12-02 19:07:30 | regine
Donne-nous l'adresse du groupe facebook. on verra si ça fait bouger l'edf
2009-12-02 19:07:30 | Favrile
Enfin l'homme du château nous montre clairement sa conception de l'écologie et la valeur de son discours ; il me tarde de savoir quand on va taxer les ampoules basse consommation et les voitures hybrides... J'arrête, la liste pourrait être longue, mais encore merci messieurs les députés.
2009-12-02 19:07:30 | lesgombo
C'est toujours l'été que les mauvais coups arrivent :-(
2009-12-02 19:07:30 | Favrile
Aberrant ! Dans quel pays vivons-nous ? Mr Borloo peut se gargariser avec le Grenelle de l'environnement, chaque jour des petits coups de griffes détruisent (jusqu'à leur élimination ?) les bonnes idées. J'ai installé une cheminée au bois, ce qui me fait économiser, malgré l'achat du bois, pas mal d'euros sur ma facture EDF. Devrais-je payer le trop plein d'électricité fourni par EDF ? UBU, où es-tu ? J'ai pris connaissance de cette affaire par la presse, ça me donne très envie de m'intéresser à ce fameux boîtier Voltalis, objet de discorde avec les opérateurs d'électricité !
2009-12-02 19:07:30 | marcvdv
Slt ça fait un an que j'ai ce boitier, euh comment dire ça marche pas .... Un représentant (personne agréer pour l'installaiton) est venu me le remplacer et franchement, sur un an m'a facture n'a pas baissé... en plus ça met le bordel dans mon réseau informatique vu que ce dernière est lui aussi en CPL... Alors la société Voltalis prétend que le problème vient de la, conflit entre mon CPL informatique et CPL du BluePod...L'électricien qui me l'a posé, en a un aussi et lui non plus n'a pas vu sa facture diminuée... Donc à voir ...
2009-12-02 19:07:30 | taz22
@cacha bis : ERRATUM, finalement, il me semble bien normal que Voltalis paye EDF : en effet, Voltalis est rémunéré par la RTE (voir http://www.voltalis.com/faq.html). De plus, j'ai pu apprendre que Voltalis paye ses clients pour réduire leur consommation d'électricité (indemnité annuelle de 50 à 100 euros) ; ils gagnent donc une fois au niveau de la facture, et une fois au niveau de cette indemnisation. EDF par contre doit produire tout autant pour supporter l'ajustement, sans être rémunéré pour cette production. Conclusion, il va falloir qu'ils règlent ce problème entre eux. ## sources : http://www.mescoursespourlaplanete.com/Actualites/Voltalis_paye_ses_clients_pour_raeduire_leur_consommation_d_aelectricitae_293.html
2009-12-02 19:07:30 | Takeo
RTE est indépendant d'EDF et a une comptabilité séparée. Or la taxe revient à 'EDF pas de RTE, c'est pas clair
2009-12-02 19:07:30 | Honor
La créaction de Sortir du nucléaire est ridicule. Les explications de la CRE ne sont pas convaincantes. EDF garde le silence. Voltalis s'en sort bien!
2009-12-02 19:07:30 | Fred74
Bonjour Aton, Le but de vos propos n'est pas très clair. Le sujet porte uniquement sur la décision inattendue de la CRE. Et non pas pour casser le progrès social chez EdF ; à moins que vous préfériez voir leurs agents en guenilles, sous-payés et leurs familles réduites à coucher sous les tentes des quais de Paris ? Rassurez-nous !
2009-12-02 19:07:30 | ZE.Elmer
Merci Slypixels pour ces explications. Mais ça ne change rien au problème. Le déséquilibre doit être résolu entre les producteurs eux-mêmes. Faire contribuer un effaceur d'énergie au même titre que des producteurs - pollueurs, c'est absurde!
2009-12-02 19:07:30 | Hervé
Voltalis a beau jeu de se parer des habits de la vertu écologique. Cette boite veut surtout sauver son business. qui consiste à se payer sur le dos des consommateurs et des producteurs pour les effacements de consommation. La décision de la CRE vise simplement a rendre tout ça conforme a la loi. Les actionnaires de Voltalis (le groupe Auchan) veulent des pépettes et c'est pour à que cette boite s'excite en criant au loup.
2009-12-02 19:07:30 | francis121
Voltalis ne fait que différer une consommation, pas l'annuler!!!
2009-12-02 19:07:30 | milan
Ce qui est sûr c'est qu'il s'agit d'un problème entre les producteurs. je crois que voltalis a raison sur ce point. c'est aux producteurs de trouver un accord entre eux et la CRE devrait être d'acord sur ce point. Si le producteur A est en défaillance il faut qu'il s'arrange avec un autre producteur B et pas qu'il se retourne vers voltalis ou un autre qui lui est vertueux et permet d'équilibrer le réseau de RTE à l'instant T.
2009-12-02 19:07:30 | Diablo
Communiqués de presse 19/07/2009 Taxe sur les économies d'énergie : "Sortir du nucléaire" demande la dissolution de la Commission de régulation de l'énergie et son remplacement par une structure citoyenne indépendante La décision absurde de la CRE est la conséquence directe du système nucléaire français, basé sur une consommation maximale d'électricité au détriment des citoyens et de l'environnement Le Réseau "Sortir du nucléaire" exprime sa plus grande colère face à la décision sidérante de la Commission de régulation de l'énergie (CRE) qui entend imposer une véritable taxe sur les économies d'énergie, en l'occurrence sur les économies d'électricité. En effet, la CRE a rendu le 9 juillet une décision (1) visant à la mise en place d'une taxe sur les boîtiers qui permettent aux usagers d'économiser 5 à 10% de leurs consommation électrique. Cette taxe serait versée aux producteurs d'électricité, c'est à dire principalement à EDF, au titre d'un supposé "maque à gagner". A ce compte, il va bientôt être obligatoire en France de consommer beaucoup d'électricité, sous peine de taxes ou d'amendes, et pourquoi pas d'emprisonnement. Les usagers veulent faire des économies d'énergie, mais pour la CRE il s'agit d' "effacements diffus", une "non-consommation" coupable et donc à taxer. Le Réseau "Sortir du nucléaire" demande la dissolution de la Commission de régulation de l'énergie et son remplacement par une structure citoyenne indépendante dont la mission serait d'agir véritablement au profit des usagers et de l'environnement, et donc prioritairement en faveur des économies d'énergie, et non d'être au service d'entreprises commerciales comme EDF. Ceci dit, le Réseau "Sortir du nucléaire" estime que la décision absurde de la CRE n'est que l'aboutissement logique du système nucléaire français, basé depuis 50 ans sur une augmentation continue de la consommation électrique dans le but de "justifier" l'option nucléaire. (1) http://www.energie2007.fr/images/upload/090709effacementsdiffus.pdf Lien permanent vers ce communiqué: http://www.sortirdunucleaire.org/actualites/communiques/affiche.php?aff=586
2009-12-02 19:07:49 | Sortir du nucléaire
Cette décision est SCANDALEUSE. Je n'ai rien lu d'aussi absurde depuis fort longtemps. Pour moi l'intervention d'EDF s'arrête après le compteur. C'est le bon sens élémentaire. Comment le CRE a t'il pu donner raison à EDF, devenu rapace depuis qu'il appartient à SUEZ. Et son PDG arrogant ! J'ai toujours eu un esprit de "droite" mais là on va trop loin, je vais me joindre aux Verts, LA GAUCHE et contestataires de tout poil , même le diablesi nécessaire, , pour aider à faire barrage à cette ineptie , si le Gouvernement ne met pas bon ordre à ces décisions incroyables.
2009-12-02 19:07:49 | ciincinnatus
Cette décision est absolument contraire aux engagements Énergie et Développement durable du candidat Nicolas Sarkozy. De plus, le Tableau de bord des engagements du président de la République ("Je veux tout dire avant pour pouvoir tout faire après") stipule ... "1.Mettre fin à l'impuissance publique / Services publics : mettre en place un service minimum et rapprocher les services publics des usagers" "7.Répondre à l'urgence du développement durable / Habitat et énergie : une grande politique d investissement Le Chef de l'Etat a annoncé le 25 octobre que des investissements massifs seraient réalisés afin de diminuer les dépenses énergétiques dans le logement et ainsi lutter contre le changement climatique." Alors que la CRE inverse sur-le-champ la charge de la preuve et s'exécute - Point barre ! Rompez ! Énergie : http://www.u-m-p.org/propositions/index.php?id=05_energie Développement durable : http://www.u-m-p.org/propositions/index.php?id=05_developpement_durable http://tableaudebord.u-m-p.org/accueil/detail-engagements/cHash/10e551691f/engagement_uid/1.html http://tableaudebord.u-m-p.org/accueil/detail-engagements/cHash/5e8bee4414/action_uid/30/engagement_uid/7.html#actionsAVenir
2009-12-02 19:07:49 | ZE.Elmer
Réaction de la CRE La Commission de régulation de l'énergie a été critiquée pour sa décision d'imposer à l'opérateur Voltalis d'indemniser EDF car Voltalis propose aux particuliers de diminuer leurs consommations énergétiques. L'opérateur Voltalis propose aux particuliers de réduire leurs consommation d'électricité de 5 à 10% (Sipa) L'opérateur Voltalis propose aux particuliers de réduire leurs consommation d'électricité de 5 à 10% (Sipa) Critiquée pour sa décision d'imposer à l'opérateur Voltalis d'indemniser EDF, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) a affirmé, dimanche 19 juillet, qu'elle s'opposait aux modalités de rémunération de Voltalis, même si elle soutenait la démarche de l'opérateur. Celui-ci commercialise des boîtiers qui permettent aux usagers de réduire et de réguler la consommation d'électricité. La CRE a décrété que Voltalis devrait indemniser EDF pour l'énergie "injectée mais non consommée" par les utilisateurs des fameux boîtiers. Pour cette régularisation de l'offre et de la demande d'électricité, Voltalis est rémunérée par le Réseau des transports de l'électricité (RTE), au même titre que les fournisseurs d'énergie. "Une taxe sur les économies d'énergie" Voltalis estimait que la requête d'EDF d'être indemnisée n'allait pas dans l'intérêt général. Le Réseau "Sortir du nucléaire" a exprimé pour sa part "sa plus grande colère face à la décision sidérante de la Commission de régulation de l'énergie (CRE) qui entend imposer une véritable taxe sur les économies d'énergie". Le réseau écologiste représenterait 840 associations. Il demande enfin "la dissolution de la Commission de régulation de l'énergie et son remplacement par une structure citoyenne indépendante". Un système de régulation ingénieux Voltalis est un opérateur énergétique spécialisé dans la "gestion dynamique de l?énergie". L'entreprise est la seule à proposer un boîtier, breveté, qui permet de réaliser des "ajustements diffus" du réseau électrique. Selon l'opérateur, ce système permet de réduire la facture d'électricité de 5 à 10%, les émissions de CO² jusqu'à 30% et de maitriser la consommation d'énergie des particuliers. Pour ce faire, le boîtier permettrait de moduler et d'optimiser la consommation de certains appareils électriques (ballon d'eau chaude, radiateur, climatiseur). En plus de permettre une économie substantielle au client, cette modulation permettrait d'équilibrer la consommation globale du réseau électrique. En effet, pour que le réseau électrique fonctionne parfaitement, il doit y avoir une égalité instantanée entre la production et la consommation d'électricité. Voltalis propose donc de réguler le réseau par la consommation des particuliers. Les fournisseurs sont obligés de produire Le CRE souligne que les fournisseurs d'électricité, comme EDF, sont obligés de maintenir leur production au même niveau, même en cas de baisse ponctuelle de la consommation. La raison : maintenir l'équilibre du système. De ce fait, la CRE explique que les fournisseurs doivent être payés pour l'énergie qu'ils produisent, même si celle-ci n'est pas consommée. La rémunération de Voltalis doit donc prendre en compte ce système. "Voltalis veut être payée plus que le fournisseur, alors que son service n'est possible si le producteur maintient sa production", a indiqué la CRE. La commission affirme ne pas vouloir instaurer de taxe des économies d'énergie. Elle propose un nouveau système de rémunération pour Voltalis qui serait payé par le réseau national RTE à l'année. (Nouvelobs.com)
2009-12-02 19:07:49 | Administrateur
Pendant des décennies, le bénéfice d?EDF a été minime en regard des capitaux engagés et du dynamisme de son domaine d?activité. Cette situation était choquante. EDF ne contribuait pas comme elle l?aurait dû au budget de l?État par son impôt sur les sociétés et ses dividendes. La gestion était d?abord faite au profit des salariés et des retraités d?EDF. Malgré tous ces atouts, EDF a réussi, avec la complicité des responsables politiques, à s?abriter de la concurrence derrière 3 lignes de défense. D?abord, en retardant aussi longtemps que possible l?ouverture du marché français de l?électricité. Débutée en 1999, elle a été très progressive et n?est applicable aux particuliers que depuis le 1er juillet 2007. D?après la Commission de régulation de l?énergie, environ 400 000 sites de clients industriels et professionnels et environ 300 000 consommateurs individuels sont alimentés par des fournisseurs alternatifs. En termes de nombre de sites, les fournisseurs alternatifs en servent 6%. En termes de consommation, ils en fournissent 13%. Second rempart, le contrôle des prix de l?électricité par l?État en fonction de critères politiques protège efficacement l?opérateur historique. Ces « tarifs électriques réglementés » par l?État, auxquels le client ne pourra plus revenir s?il les quitte, perturbent le marché. Les clients et les nouveaux fournisseurs sont amenés à prendre des décisions dans le flou : comment prédire à quel niveau l?État fixera les prix administrés ? Enfin, troisième obstacle au développement de la concurrence : l?obligation imposée aux nouveaux entrants d?embaucher leur personnel sous le même statut qu?EDF (le régime industrie électrique et gazière), notamment pour le système de retraite beaucoup plus avantageux que le régime général et pour le fameux Comité d?entreprise, financé par 1% des revenus des entreprises. Dix ans après l?ouverture à la concurrence, France Télécom ne possède plus que 50% du marché des télécommunications. Bien à l?abri, EDF en contrôle encore la quasi-totalité. EDF a surinvesti dans les centrales nucléaires : sa puissance installée est de plus de 110 GW, alors que la consommation maximale a été, le 8/1/03 à 19h03, de 80,2 GW. EDF exporte d?ailleurs 15% de sa production. Certes, comme tous les produits non stockables (places d?avions, chambres d?hôtels, communications téléphoniques), l?électricité demande une capacité de production supérieure à la demande de pointe. Mais EDF a exagérément poussé au développement du chauffage électrique des particuliers, et donc de la demande de pointe. Une gestion privée écrétant les pointes par des tarifs adaptés serait plus économe des investissements. Des avantages du statut de personnel sont notamment les suivants : Emploi à vie Soins de santé gratuits (tiers payant) "Régime spécial" de retraite (à 55 ans pour les "actifs" : 60% du personnel ; pensions très supérieures à celles du privé) 32 heures de travail par semaine, et 1440 heures par an (10% de moins que la Banque de France !). L?instauration des 32 heures a d?ailleurs conduit à l?embauche de 18.000 personnes en 1999. Nombreux congés supplémentaires Vacances à 20% du prix normal dans les centres du comité d?entreprise (CCAS) Repas à 50% du prix normal Electricité et gaz à 10% du tarif pour les agents Avantages en nature non imposables Salaire d?embauche à 36%¨au-dessus du SMIC, avec avancement à l?ancienneté, et donc salaires très supérieurs, à égalité de qualification, à ceux du privé. Donc, avant de demander des augmentations des tarifs, il serait beaucoup plus logique de commencer par une baisse des coûts.
2009-12-02 19:07:49 | aton
Beaucoup de bruit pour pas grand chose... Si on prend le temps de comprendre de quoi il s'agit, et j'ai l'impression que bien peu de personnes qui s'expriment ont fait cet effort, on voit alors où se situe le malaise. N'oublions pas qu'à chaque instant la production d'électricité doit égaler la consommation. C'est le role de RTE de veiller au respect de cette règle. Ainsi en situation normale l'énergie produite a chaque instant est payée par le consommateur, et chaque producteur est rémunéré en fonction de sa production puisque le consommateur paye son kWh au producteur qui l'a produit. Quand un déséquilibre du réseau intervient, c'est à dire que la demande augmente, il faut donc trouver une solution pour maintenir l'équilibre du système. Une solution consiste à produire plus, avec les inconvénients en terme de CO2 que cela comporte. L'autre solution prônée par Voltalis consiste a baisser la consommation de certains clients, de manière à ce qu'une augmentation de la demande à un endroit soit compensée par une baisse de la demande à un autre endroit. RTE se chargeant ensuite de répartir la quantité d'énergie produite qui du coup n'a pas changé. Tout devrait être en ordre, puisque ici le problème de déséquilibre a été résolu d'une manière élégante, sans augmentation de la production. Le problème se situe au niveau économique : pour cette prestation, Voltalis est rémunéré par RTE au même titre qu'un producteur d'électricité, alors qu'aucune électricité n'a été produite. On a bien retrouvé l'équilibre production/consommation de l'énergie, mais on a un déséquilibre entre clients et fournisseurs au niveau économique : puisque la quantité d'énergie consommée n'a pas changé, les consommateurs ne payent pas plus cher, mais cette même énergie coute maintenant plus cher, puisque un nouvel opérateur touche une rémunération supplémentaire. Puisque les flux financiers sont soumis aux mêmes règles que les flux électriques (a savoir équilibre producteur-consommateur) l'argent touché par Voltalis pour sa prestation est déduit de la rémunération des producteurs d'électricité. Cela pour une raison simple : les consommateurs abonnés à Voltalis consomment moins, et donc payent moins leur producteur, qui du coup gagne moins, mais produit toujours autant puisque la production n'a pas évolué. La différence a été utilisée pour comblée l'augmentation de la demande par d'autres clients. C'est ici que c'est difficile a comprendre : il faut se placer dans un contexte multi-producteurs.Quand un producteur A ne peut assumer l'augmentation de la demande de ses clients, l'utilisation des services de Voltalis permet de répartir l'énergie économisée chez les clients d'un producteur B vers les clients du producteur A. Le malaise réside dans le fait que c'est Voltalis qui est rémunéré et non le producteur B. Une partie de l'énergie produite par le producteur B est distribuée aux clients du producteur A, mais le producteur B n'est pas payé pour cette énergie, car le surplus de gains dû à l'augmentation de la consommation des clients du producteur A sert à payer Voltalis. Il y a donc manifestement un défaut dans le fonctionnement économique de ce système. La décision du CRE est donc de demander à Voltalis d'inclure dans le prix de ses prestations le cout de l'énergie produite par le producteur B et distribuée aux client du producteur A, et de reverser au producteur B le prix de l'énergie qu'il a produite. Une autre approche serait que Voltalis ne soit pas rémunéré comme un producteur, en fonction de la quantité d'énergie non consommée, mais qu'il soit considéré comme faisant partie du système de régulation, et donc rémunéré globalement, sur une base annuelle, par RTE. On garderait alors l'équilibre économique entre les clients et les fournisseurs. On voit ainsi la cohérence et la logique de la démarche. Il ne s'agit en rien d'une "taxe sur les économies d'énergie", non plus de "compenser la perte de revenue d'un opérateur historique", ni même une "subvention" mais simplement de rémunérer ce qui est produit, ce qui est la base du commerce. On serait en droit d'attendre une telle analyse et une telle explication de la situation de la part des média, au lieu de se contenter de diffuser encore et encore ce qui n'est que de la désinformation. Et il serait aussi bon que chacun de nous dans son rôle de citoyen prenne le temps de comprendre les problématiques complexes, au lieu de réagir sur le contenu émotionnel de l'information, en opposant systématiquement le grand méchant EDF aux pauvres gentils économiseurs d'énergie. J'estime personnellement que Voltalis doit gagner énormément d'argent dans ce modèle où ses prestations sont rémunérées comme un producteur, en fonction du nombre de MW économisés, alors que son travail ne dépend pas de la quantité d'énergie économisée, mais du nombre de clients utilisant leur système. Je comprend ainsi leur acharnement à faire passer cela comme une "taxe", et d'argumenter contre une "subvention à EDF", ce qui n'est pas le cas. Et tout le monde répétant en coeur son indignation. Nul doute que la solution aux problèmes d'énergie est une réduction de la consommation, mais il convient de trouver un modèle économique équitable pour cela.
2009-12-02 19:07:49 | Slypixels
Slypixels : merci de d'avoir ainsi dépassionné le débat Hervé : je partage votre avis sur l'absurdité du système tel qu'il est devenu ; autrefois, c'était EdF qui tirait profit du rôle qui lui était assigné : l'excédent d'énergie produite se traduisait donc par l'arrêt de barrages hydroélectriques, l'eau épargnée remontant le niveau d'énergie potentielle ; ailleurs, c'était des pompes mises en route pour remonter l'eau sur les réservoirs supérieurs (comme à la Pierre percée dans les Vosges). Ce qui est absurde n'est pas de payer Voltalis pour son astucieux procédé (cette société mérite d'être récompensée), mais d'avoir cassé en miettes un dispositif territorial global ... au nom d'une idéologie pseudo-libérale qui nous a démontré depuis des années son ineptie, conclue récemment de manière fracassante avec la "crise" (dont je pense que le but est de désorienter nos concitoyens et les européens).
2009-12-02 19:07:49 | ZE.Elmer
Pour une fois, on a un problème économique qui peut se calculer précisément (moyennant un peu de recherche) puisque le mécanisme d'ajustement est a priori transparent. On devrait donc pouvoir déterminer précisément qui perd quoi et qui gagne quoi dans ce dispositif, et comment le régler de façon optimale. Au lieu de cela, on a des explications simplistes et divergeantes, comme si personne n'avait intérêt à clarifier le débat. Que fait la CRE ? pourquoi RTE ne se manifeste pas ? Mon interprétation (simpliste) du pb tel qu'il est posé : lorsque RTE a besoin de trouver un surcroit de puissance sur le réseau, c'est qu'au moins un des responsables d'équilibre n'est justement pas à l'équilibre. Du coup RTE mobilise des MWh en urgence, donc pas très bon marché, et les fait payer ensuite aux responsables du déséquilibre. Si on mobilise des capacités d'effacement, il n'y a plus de déséquilibre au total. Du coup comment fait-on pour répartir le coût de la mobilisation ? Plus généralement, dans un jeux à somme nulle, on ne peux pas à la fois maintenir le chiffre d'affaire des fournisseurs, rémunérer l'"effaceur" et ne pas arnaquer le consommateur. La solution: raisonner non pas sur le CA du fournisseur, mais sur sa marge: le fournisseur trouve un intéret dans l'effacement lorsque le prix marginal du kWh (produit ou acheté sur le marché) est supérieur au prix du kwh facturé au client. Il suffit ensuite de fixer un seuil d'effacement qui permette en plus de rémunérer le coût de l'effacement... évidemment cette solution ne satisfait pas vraiment les "effaceurs" qui voulaient gagner autant que des producteurs, ni les investisseurs dans des installations de pointe qui ne pourront plus être rentabilisées...
2009-12-02 19:07:49 | Laurent
4 questions: 1) Mais qui donc nomme les membres de la CRE, commission "indépendante" ? Réponse : Le Président de la République, et les Présidents de l'AN et du Sénat. 2) Qui accorde à la CRE son budget, ou le retoque ? Réponse : l'Assemblée Nationale. 3) Mais combien de députés et d'élus de toutes sortes sont aussi agents EDF en activité ou à la retraite ? Réponse : le chiffre est bien gardé, mais ils sont très bien représentés, et ont même leur association, "l'Association des agents EDF élus", avec des cellules départementales et nationale. 4) Qui va payer le démantèlement des centrales et la gestion des déchets nucléaires : des milliers de génerations, après nous!
2009-12-02 19:07:49 | Free citizen



Nom *

  Prénom *
Email *   Pseudo *
Société *      
Commentaire *
 
  * Champs obligatoires
 
 
© 2009 - énergie2007.fr Qui sommes nous ? Contact Mentions légales Plan du siteRSS